Équipe actuelle

Mélissa Chiasson

Mélissa Chiasson

Acadienne du Nouveau-Brunswick, Mélissa Chiasson a soutenu sa thèse de doctorat, intitulée Étude sociolinguistique du français acadien du nord‐est du Nouveau‐Brunswick, en novembre 2016. Sa thèse porte sur le français acadien du Nouveau-Brunswick d’un point de vue sociolinguistique.

Passionnée de langue française, elle a commencé ses études universitaires à l’Université de Moncton où elle a complété un baccalauréat en éducation avec une majeure en études françaises. Elle a ainsi découvert son intérêt pour la linguistique et a poursuivi ses études dans ce domaine en complétant une maîtrise au département de français de l’Université de Toronto. Entre-temps, elle a eu la chance d’enseigner la linguistique et le français comme langue seconde, tout en occupant une fonction de postdoctorante au Laboratoire Polyphonies.

Photo lors de la soutenance

Geneviève Cross

Geneviève Cross

Après un baccalauréat spécialisé approfondi en lettres françaises avec mineure en linguistique de l’Université d’Ottawa, Geneviève Cross poursuit ses études à la Faculté d’éducation dans le but d’enseigner le français au niveau secondaire. Ayant grandi entre Montréal et l’est ontarien, elle développe d’abord un fort intérêt pour les variétés de français qu’elle côtoie dans ces deux milieux, puis pour les langues en général. Elle s’est jointe à l’équipe à l’automne 2014 et travaille actuellement à la transcription de lettres manuscrites écrites en Amérique du Nord entre les XVIIIe et XXe siècles.

Jade Dumouchel-Trudeau

Jade Dumouchel-Trudeau

Jade est assistante de recherche dans l’équipe de France Martineau depuis le printemps 2010. Dans le cadre de ses assistanats, elle a principalement contribué à la réalisation d’enregistrements écologiques, travaillé sur des lettres de correspondance provenant de la France et fait la transcription d’entrevues menées auprès de Fransaskois, de Franco-Ontariens et de Québécois. Elle a ainsi développé un grand intérêt pour les différentes variétés de français.

Dirigée par France Martineau, Jade a remporté le Prix René-Lupien 2017 décerné annuellement pour une excellente thèse de maîtrise ayant un sujet d’un intérêt particulier pour la francophonie au Canada. « Des discours métalinguistiques aux usages : le français écrit des jeunes Gatinois », tel est le titre de cette brillante thèse soutenue en septembre 2016. La thèse met en relation les discours journalistiques auxquels sont exposés de jeunes Québécois et leur communauté, les représentations que se font ces adolescents de leur langue et leurs usages du français, trois sphères auxquelles s’intéresse aussi la chaire de recherche Frontières, réseaux et contacts en Amérique française de France Martineau.

Photo

Hélène Labelle

Hélène Labelle

Hélène Labelle est étudiante au doctorat en lettres françaises à l’Université d’Ottawa. Elle est récipiendaire de la bourse de doctorat du Programme d’études supérieures du Canada Joseph-Armand-Bombardier . Elle s’intéresse entre autres à la lexicographie, à la sociolinguistique nord-américaine et à la littérature francophone. Sa thèse de doctorat prévoit établir et étudier un corpus métalinguistique original des communautés francophones nord-américaines pour analyser la circulation des représentations linguistiques à travers l’Amérique française du XVIIe au XIXe siècle.

Hélène est assistante de recherche au laboratoire Polyphonies du français depuis l’hiver 2014. Elle y effectue des recherches en lexicographie historique et participe à la création d’entrées lexicographiques portant sur le lexique des variétés nord-américaines de langue française.

Isabelle Ladouceur-Seguin

Isabelle Ladouceur-Séguin

Isabelle Ladouceur-Séguin est étudiante de troisième année au baccalauréat spécialisé approfondi en linguistique. D’abord attirée par les langues étrangères dont l’allemand et l’espagnol, elle découvre la linguistique dans le cadre de ses études collégiales et vise depuis une carrière académique dans ce domaine. Elle s’intéresse particulièrement à la phonétique et à la phonologie, et elle a l’intention de poursuivre ses études en linguistique aux cycles supérieurs.

Isabelle est assistante de recherche au laboratoire Polyphonies du français depuis 2015 et travaille à la transcription et la vérification d’enregistrements patrimoniaux ou variationnistes.

Isabelle Ladouceur-Seguin

Anaïs Moreno

Anaïs Moreno est docteure en sciences du langage. Diplômée de l’université Paris X en 2016, elle est actuellement post-doctorante au sein du laboratoire Polyphonies de l’université d’Ottawa, sous la supervision de France Martineau, dans le cadre du projet Le français à la mesure d’un continent. Sa thèse de doctorat intitulée : « Le discours rapporté dans les interactions orales et écrites : l’effet de la proximité et des communautés de pratique sur sa construction » a été encadrée par Françoise Gadet et financée par une allocation régionale Ile de France.

Photo

Vanessa Rheaume

Vanessa Rhéaume

Après un baccalauréat en commerce (2010) à l’Université d’Ottawa, Vanessa Rhéaume fait un retour dans le programme de linguistique et psychologie avec l’objectif de compléter une maîtrise en orthophonie. Elle est assistante de recherche au laboratoire Polyphonies du français depuis septembre 2015 et travaille à la transcription et la vérification d’enregistrements patrimoniaux ou variationnistes.