Ancienne équipe

Coordonnatrice de recherche

Hélène Lefrançois

Hélène Lefrançois

(2009-2014)

Hélène Lefrançois a fait une maitrise avec thèse en lettres françaises sous la direction de Mme Martineau à la suite de son baccalauréat avec une mineure en sciences des religions et une majeure en lettres françaises.  Après avoir participé comme assistante aux recherches du laboratoire, Hélène a occupé le poste de coordonnatrice de recherche entre 2013 et 2014.  Son intérêt et ses expériences de travail en tant qu’enseignante au niveau primaire l’amènent à compléter ses études avec un baccalauréat en éducation de l’Université d’Ottawa.  Depuis, elle enseigne dans les écoles primaires.

Dominike Thomas

Dominike Thomas a fait une maîtrise en linguistique à l’Université d’Ottawa sous la direction de Mme Martineau (Étude sociolinguistique historique du système interrogatif : les interrogatives dans le Journal de Jean Héroard) et a étudié les langues anciennes pendant une année d’échange à l’université de Fribourg, en Suisse. Elle a présenté les principaux résultats de son mémoire lors d’une communication à l’Association for French Language Studies à Cambridge en septembre 2010. D’abord assistante de recherche dans des projets de France Martineau, elle a occupé le poste de coordonnatrice de recherche au sein du GTRC Le français à la mesure d’un continent : un patrimoine en partage de 2011 à 2013. Elle est aujourd’hui gestionnaire des acquisitions aux Presses de l’Université d’Ottawa.

Assistants de recherche

Émilie Aubut

(2005-2006)

Emilie Aubut a étudié au département de lettres françaises de l’Université d’Ottawa. Dans le cadre de ses assistanats sous la supervision de France Martineau, elle a travaillé à l’élaboration d’activités éducatives sur le folklore où elle a pu mettre à profit ses talents de musicienne.

Annie Avard

Annie Avard

(2005)

Annie Avard a étudié au département des lettres françaises. Ses assistanats de recherche sous la supervision de France Martineau l’ont menée à élaborer des activités éducatives. Elle a publié avec France un article (France Martineau et Annie Avard. 2006. « Langue et identité dans le Québec du XIXe siècle : une écriture triangulaire », dans Yves Frenette, Marcel Martel et John Willis (éd.), Lettres de la diaspora francophone, Québec, PUL, p. 123-142)

Luc Baronian

(2005)

Luc Baronian, qui détient un doctorat de Stanford University (2005 North of Phonology), a fait un stage post-doctoral sous la direction de France Martineau et Yves Charles Morin, dans le cadre du projet GTRC Modéliser le changement : les voies du français, au cours duquel il a recueilli un corpus oral de français acadien.

http://www.uqac.ca/~baronian

http://people.bu.edu/baronian/index.html

2009. Baronian, Luc (ed.) & France Martineau (ed.), Le français d’un continent à l’autre. Mélanges offerts à Yves Charles Morin. Series: Les Voies du français, volume 1. Québec: Presses de l’Université Laval, viii + 514 pp.

2006. Prepostion Contractions in Quebec French.  In: Saint-Dizier, Patrick (ed.), Syntax and Semantics of Prepositions. Series: Text, Speech and Language Technology, volume 29. Dordrecht: Springer, pp. 27-42.

Où sont-ils maintenant?

Luc Baronian est maintenant professeur adjoint à la Boston University et à l’Université du Québec à Chicoutimi (en congé). Il s’intéresse aux questions de modélisation formelle et au changement linguistique. En particulier, il a publié un certain nombre d’articles sur les origines diversifiées du français louisianais, qui puise aux sources acadienne, créole et québécoise. En cours de route, Luc Baronian a ainsi accumulé un corpus oral louisianais et acadien. En linguistique formelle, il a beaucoup creusé la question des verbes défectifs et des façons de rendre compte de ce phénomène en grammaire générative. Plus récemment, il a entamé un projet de numérisation des atlas linguistiques canadiens, subventionné par le FQRSC (2011-2014), et visant à découvrir les sources du phénomène de la diffusion lexicale en français laurentien.

Jérémie Beauchamp

Jérémie Beauchamp

Après un baccalauréat spécialisé approfondi en linguistique avec mineure en langue et culture arabes, Jérémie Beauchamp poursuit ses études, à l’Université d’Ottawa en linguistique aux cycles supérieurs. Bien qu’il se passionne pour tout ce qui touche le langage, il éprouve un intérêt particulier pour la linguistique historique et la sociolinguistique. Entre 2013 et 2015, il a essentiellement effectué des recherches bibliographiques sur le lexique des variétés nord-américaines de français dans le cadre du laboratoire Polyphonies du français.

Roxanne Bélanger-Sarrazin

Roxanne Bélanger-Sarrazin

À l’automne 2011, Roxanne entamera la quatrième année de son baccalauréat spécialisé en études anciennes et elle prévoit poursuivre ses études après l’obtention de son diplôme. Elle a déjà travaillé comme assistante de recherche pour Mme France Martineau au cours de l’été 2009 et à l’hiver 2010. Dans le cadre du projet Le français à la mesure d’un continent : un patrimoine en partage, elle se concentre actuellement sur la transcription de lettres de correspondance et d’entrevues.

Gustavo Beritognolo

(2008-2009)

Gustavo Beritognolo détient un baccalauréat avec majeure en linguistique et mineure en français langue seconde et deux maîtrises en linguistique (en phonologie et syntaxe). Il a travaillé comme assistant de recherche pour le projet GTRC Modéliser le changement : les voies du français, où il s’est occupé de l’étiquetage morphologique et du parsing syntaxique de textes de corpus afin de faciliter le développement d’un modèle théorique et informatique du changement linguistique.

Amélie Bisson

Lors de sa dernière année d’étude au baccalauréat, Amélie Bisson a participé au projet La Chasse-Galerie, comme assistante de recherche de France Martineau.  Dans le projet éducatif mis sur pied, elle a pu tirer profit de ses deux domaines d’études, les lettres françaises et le théâtre. Depuis, Amélie s’est dirigée vers l’enseignement où elle cherche à promouvoir la langue française en Ontario par le biais de l’enseignement des arts et de la culture.

Marie-Pier Bleau

(2007-2010)

Marie-Pier Bleau a fait un baccalauréat spécialisé en lettres françaises et est maintenant inscrite à la maîtrise. Elle a travaillé comme assistante de recherche durant trois ans dans les projets de France Martineau, en particulier dans un projet sur une base de données sur les remarqueurs français. Elle a présenté une communication à l’ACFAS en 2008.

Brazeau

Stéphanie Brazeau

(2005-2006)

Stéphanie Brazeau a travaillé au balisage TEI des textes du corpus MCVF dans le cadre du projet Modéliser le changement : les voies du français. Elle a ensuite étudié en bibliothéconomie et en sciences de l’information à l’Université de Montréal où elle a obtenu son diplôme professionnel.

Brière

Emmanuelle Brière

(2007-2008)

Emmanuelle Brière a travaillé comme assistante de recherche dans divers projets de recherche dirigés par France Martineau. Elle a fait la vérification de transcriptions pour le corpus MCVF en format xml. Elle a également travaillé au projet de Mme Martineau sur les contes folkloriques du Canada français.

Brunette

Nathalie Brunette

(2007-2009)

Nathalie Brunette a terminé son baccalauréat de spécialisation approfondie en lettres françaises avec mineure en English/BÉd (éducation). Elle a travaillé pour France Martineau comme assistante de recherche. Elle a fait des transcriptions de manuscrits de lettres de scripteurs peu-lettrés et a travaillé à reconstituer les réseaux sociaux et familiaux qui unissaient les scripteurs entre eux, de façon à redonner vie à un pan de la communauté linguistique.

Pascale Champagne-Rousseau

(2011-2012)

Après avoir complété un baccalauréat en littératures de langue française et linguistique à l’Université de Montréal, Pascale est présentement étudiante à la maîtrise en linguistique à l’Université d’Ottawa. Elle a travaillé, entre autres, sur le projet pédagogique Maillage qui est destiné aux élèves des écoles secondaires de l’Ontario. Pour sa thèse, elle examinera le français québécois, dans une perspective sociolinguistique historique et examinera la convergence entre différentes variétés de français canadien.

Valérie Chartrand

Valérie Chartrand

Dans le cadre du projet Le français à la mesure d’un continent, Valérie Chartrand s’est spécialisée dans la vérification de lettres de la Louisiane. Son baccalauréat spécialisé approfondi en Lettres françaises et son baccalauréat en éducation terminés, elle a choisi d’enseigner le français langue seconde dans une école d’immersion outremer.

Alina Cipcigan

(2005-2006)

Alina Cipcigan a travaillé à la transcription des documents de l’exposition virtuelle Les Canadas vus par les Canadiens (http://www.collectionbaby.uottawa.ca).

Aileen Clark

Aileen Clark

Aileen Clark a fait une thèse de doctorat sous la supervision de France Martineau, sur l’évolution du terme ‘seoir’ en relation à la perception sociale de « l’honnête homme » (2002. Ce lexique sied-il à Dieu?: Désambiguisation du verbe ‘seoir’ et de son champ lexical à l’aide d’outils informatisés). Elle a travaillé come assistante de recherche dans des projets de France  Martineau liés au lexique et à l’élaboration de corpus électroniques.

Où sont-ils maintenant?

Aileen Clark travaille actuellement à titre de coordonnatrice à la Division de l’éducation permanente du Collège universitaire de Saint-Boniface. Elle est responsable de la formation linguistique des fonctionnaires fédéraux et elle s’occupe également de la formation linguistique pour les professionnels qui travaillent dans le domaine de la santé. En plus de ses tâches de coordination, elle est responsable des projets d’élaboration médiatisés pour ceux et celles du domaine de la santé qui suivent des cours de français. Enfin, elle travaille avec une équipe d’enseignants pour finaliser la mise sur pied d’un Certificat en perfectionnement du français, un programme qui permettra à des apprenants adultes de faire une demande d’équivalence pour six à neuf crédits universitaires.

Cotnam

Megan Cotnam

(2008-2009)

Megan Cotnam a travaillé pour France Martineau comme assistante de recherche à la fin de son baccalauréat. Elle s’est occupée de la transcription d’entrevues de francophones de l’Ouest canadien. Elle a également contribué au développement d’un protocole de transcriptions orales. Megan a obtenu en avril 2009 un baccalauréat d’études en arts avec spécialisation approfondie en lettres françaises et mineure en English ainsi qu’un baccalauréat en éducation.  Elle est maintenant à la maîtrise.

Diaconescu

Rodica Diaconescu

(2005-2009)

Après un baccalauréat en philologie du français et du roumain, Rodica Diaconescu a fait un doctorat en linguistique à l’Université d’Ottawa, dans le domaine de la syntaxe générative et minimaliste. Dans le projet Modéliser le changement : les voies du français dirigé par France Martineau, elle a occupé le poste de coordonnatrice de recherche et a réalisé l’étiquetage syntaxique des textes du corpus de français médiéval afin qu’ils puissent être les traités automatiquement. Elle a présenté plusieurs communications à des conférences internationales et a publié deux articles (Martineau, France, Rodica Diaconescu et Paul Hirschbühler. (2007). « Le Corpus Voies du français : de l’élaboration à l’annotation », dans Pierre Kunstmann et Achim Stein (dir.) Le Nouveau Corpus d’Amsterdam, Stuttgart, Steiner, p. 121-142 ; Diaconescu, Rodica, Paul Hirschbuhler, Dan Ionescu, France Martineau, Mircea Trifan. (2006). « Using POS Annotations and EMdF Text Modeling for Semantic Web Search », I2TS – 5th International Information and Telecommunication Technologies Symposium, Cuiba, MT, Federal University of Santa Catarina, Brésil, 6-8 décembre 2006.)

Où sont-ils maintenant?

Le travail de Rodica se déroule dans le cadre du ministère des affaires autochtones et de développement du Nord Canada, précisément dans le Secteur de la Résolution des pensionnats indiens. Dans l’équipe du Règlement, en tant qu’analyste des informations sur les litiges, elle examine les demandes de compensation relatives aux abus subis par les anciens élèves lors de la fréquentation des Pensionnats indiens.  Son but est de mettre ensemble, à la suite d’une minutieuse recherche concernant la véridicité, exactitude et base légale des justificatifs, les documents nécessaires pour réussir à envoyer aux anciens élèves leur indemnité payée par le Gouvernement pour les violences endurées.

Jennifer Dionne

Jennifier Dionne a fait une maîtrise au département de français de l’Université d’Ottawa sous la supervision de France Martineau (2007. Franco-ontariens avant la lettre : La correspondance de la famille Askin ).  Elle a travaillé, comme assistante, à la mise en application d’un protocole d’édition de lettres en orthographe non standard. Au cours de son assistanat, elle a fait un stage à un centre d’archives, a présenté une communication à une conférence internationale et a publié un article avec France Martineau (Martineau, France et Jennifer Dionne. (2008). « Morphologie du nombre dans les échanges épistolaires d’une famille ouvrière de Montréal au XIXe siècle », dans Alain Desrochers, France Martineau et Yves Charles Morin (dir.) Orthographe française : évolution et pratique, Orléans, Éditions David, p. 229-257.) Elle travaille maintenant comme enseignante dans une école secondaire.

Caroline Fauchon

Au cours de ses études de maîtrise, Caroline Fauchon a travaillé comme assistante de recherche, sous la direction de France Martineau, à élaborer des protocoles de balisage TEI et des bases de données électroniques. Elle a également effectué un stage à Victoria au Digital Humanities Summer Institute dans le cadre de son assistanat.

Heba Alah Ghadie

Heba Alah Ghadie

Heba Alah Ghadie a fait partie de l’équipe de recherche de France Martineau alors qu’elle était en quatrième année de baccalauréat en lettres françaises en 2006. Elle a participé à l’exposition Les Canadas vus par les Canadiens par la rédaction de capsules linguistiques sur les documents.  Elle poursuit  son doctorat à l’Université d’Ottawa ; son thème de recherche est la traduction.

Gwendolyn Gillingham

Gwendolyn Gillingham

Gwendolyn Gillingham a travaillé à l’étiquetage morphologique et syntaxique des textes du corpus MCVF en 2007-2008, sous la supervision de France Martineau, alors qu’elle faisait sa maîtrise en linguistique. Elle a aussi effectué dans le cadre de son assistanat un stage à la University of Pennsylvania. Elle poursuit ses études de doctorat à l’Université de San Diego en Californie.

Pascale Girard

Pascale Girard

Alors étudiante au baccalauréat en psychologie et linguistique à l’Université d’Ottawa, Pascale Girard a rejoint le projet Le français à la mesure d’un continent en septembre 2014. Elle s’est spécialisée dans la transcription d’entrevues variationnistes de l’Ontario. En septembre 2015, elle poursuit ses études au niveau de la maîtrise en orthophonie.

Clive Gour

Clive Gour

Originaire de l’île Maurice, Clive Gour a fait une maîtrise au département de français sous la direction de France Martineau (2006. La littérature mauricienne au carrefour des langues, quelle langue choisir pour écrire la diversité? ). Comme assistant de recherche, il a fait des transcriptions à partir de documents originaux, en les contextualisant.  À la fin de sa maîtrise, il s’est tourné vers l’enseignement.

Stéphanie Guérin

Stéphanie Guérin

Stéphanie Guérin est une étudiante qui est en voie d’obtenir son baccalauréat spécialisé approfondi en lettres françaises à l’Université d’Ottawa. Elle a travaillé comme assistante de recherche durant la session d’hiver 2011 au sein de l’équipe dirigée par France Martineau. Elle a fait de la transcription de nombreuses lettres datant du 18e et 19e siècle, écrites dans diverses régions de la France. Elle est également professeure de français à l’école de langues Berlitz à Ottawa.

Ineke Hardy

Ineke Hardy

Ineke Hardy a été webmestre du site Laboratoire de Français Ancien. Pendant ses études de doctorat, elle a travaillé comme assistante de recherche de France Martineau au sein du projet Base d’analyse verbale (analyse linguistique) et a ensuite travaillé brièvement pour le projet Modéliser le changement : les voies du français, en particulier pour la teisation de textes anciens. Dans le cadre de son assistanat au projet Modéliser le changement : les voies du français, elle a suivi un stage à Victoria au Digital Humanities Summer Institute. Elle détient aujourd’hui un Ph.D (Les chansons attribuées au trouvère picard Raoul de Soissons, édition critique, dr. P. Kunstmann).

Emmanuelle Jacques

Emmanuelle Jacques a fait un baccalauréat en lettres françaises à l’Université d’Ottawa. Lors de son baccalauréat, elle a travaillé comme assistante de recherche pour France Martineau. Son intérêt pour le théâtre a été particulièrement précieux pour son assistanat.

Joanie Joubert

Joanie Joubert

Joanie Joubert a travaillé comme assistante de recherche au projet GTRC Modéliser le changement : les voies du français, où elle a fait de la catégorisation morphologique de textes de français ancien, moyen et classique. Elle a également effectué de la recherche dans les archives et a participé en 2008 à l’organisation du Colloque international et interdisciplinaire sur les variétés de français au Canada Les français d’ici. Elle termine sa maîtrise sous la supervision de France Martineau (Langue et identité des migrants bas-laurentiens francophones vers l’Ouest canadien et les États-Unis aux XIXe et XXe siècles).

Simon-Pier Labelle-Hogue

Simon-Pier Labelle-Hogue

Simon-Pier Labelle-Hogue a travaillé à la transcription de textes, à la création d’en-têtes selon la norme T.E.I. et à des recherches bibliographiques dans le cadre de ses assistanats de recherche au projet Modéliser le changement : les voies du français. Il a également effectué, dans le cadre de ses assistanats pour France Martineau, un stage à Victoria au Digital Humanities Summer Institute et un stage à la Historical New Orleans Collections, à la Nouvelle-Orléans.  Il a terminé un baccalauréat en lettres françaises à l’Université d’Ottawa et poursuit une maîtrise à l’École normale supérieure à Paris. Il a présenté plusieurs communications, dont une communication sur la représentation de la langue dans la télésérie La Petite Vie, et a publié des articles.

Lien Internet : Éditions Avant-Garde : http://www.editionsavant-garde.com/

Kim Lacroix

Kim Lacroix

Kim Lacroix a travaillé avec France Martineau pendant sa quatrième année de son baccalauréat en traduction avec concentration en linguistique.

Maude Emmanuelle Lambert

Maude-Emmanuelle Lambert

Maude-Emmanuelle Lambert a travaillé comme assistante de recherche dans le projet GTRC Modéliser le changement : les voies du français et a pu mettre à contribution sa formation d’historienne dans la mise en contexte de textes anciens et plus particulièrement ceux du régime français. Dans le cadre de son assistanat sous la supervision de France Martineau, elle a effectué un stage aux Archives nationales du Québec à Québec. Elle complète actuellement une thèse de doctorat en histoire à l’Université de Montréal. Elle est l’auteure de deux articles publiés dans la Revue d’histoire de l’Amérique française dont l’un, « Québécoises et Ontariennes en voiture! L’expérience culturelle et spatiale de l’automobile au féminin » (vol.  63, no. 2-3) s’est mérité le prix Hilda-Neatby 2011 pour le meilleur article scientifique au Canada en français portant sur l’histoire des femmes et du genre.

Frédéric Lanouette

Frédéric Lanouette

Alors étudiant en Lettres françaises et en Sciences des religions à l’Université d’Ottawa, Frédéric Lanouette participe au projet Le français à la mesure d’un continent par la transcription d’entrevues écologiques et variationnistes réalisées au Québec. La rédaction, principalement de textes fantastiques, et l’histoire des religions le passionnent. Il poursuit donc sa passion et ses études au cycle supérieur à compter de septembre 2015.

Myriam Lapierre

Myriam Lapierre

Myriam Lapierre un intérêt particulier pour la phonétique et la phonologie. Après avoir complété son baccalauréat spécialisé approfondi en linguistique, Myriam poursuit ses études supérieures en linguistique dès septembre 2015. Dans le cadre du projet Le français à la mesure d’un continent : un patrimoine en partage, elle transcrit des entrevues sociolinguistiques.

Carmen Leblanc

Carmen Leblanc

(2005)

Carmen Leblanc détient un doctorat de l’Université d’Ottawa (2007. Le futur périphrastique dans le français parlé : une question d’habitude, dir. S. Poplack). Elle a travaillé en 2007 comme chercheur post-doctoral au projet Modéliser le changement : les voies du français. Elle a participé, sous la supervision de France Martineau, à la mise sur pied de deux sites internet, le premier Les Canadas vus par les Canadiens, et le second sur l’Acadie. Elle a également été membre du comité organisateur de la conférence interdisciplinaire Les français d’ici (mai 2008). Elle a publié avec France Martineau et Yves Frenette, les Actes de ce colloque (LeBlanc, Carmen, France Martineau et Yves Frenette (dir.). (2010). Vues sur le français d’ici, Québec, Presses de l’Université Laval,  292 p.).

Où sont-ils maintenant?

Carmen LeBlanc détient un poste permanent à l’Université Carleton où elle enseigne la linguistique française au Département d’études françaises. Elle poursuit ses recherches en sociolinguistique variationniste et historique concernant la morphosyntaxe du français. Au cours de la dernière année, elle a commencé à travailler sur le français madelinot ancien, toujours en morphosyntaxe, et elle est présentement à amasser des données afin d’effectuer des études diachroniques sur cette variété et ouvrir des voies additionnelles de comparaison avec les autres parlers acadiens.

Jean-François Léger

Jean-François Léger

Pendant ses études en linguistique au baccalauréat, Jean-François Léger a travaillé au projet Modéliser le changement : les voies du français en participant à l’étiquetage informatique d’information morphologique et syntaxique, principalement de textes médiévaux. Il a également effectué, dans le cadre de son assistanat, un stage à Victoria au Digital Humanities Summer Institute.

Lara Mainville

Lara Mainville

Lara Mainville a été assistante de recherche dans un projet de France Martineau portant sur le français classique. Elle était responsable d’examiner L’évolution de structures verbales du XVIIe siècle à aujourd’hui.  Elle a fait une thèse de maîtrise au département des lettres françaises (1995. Flora Tristan : Pérégrinations vers l’utopie ?, dir. Marie Couillard).

Marie-Andrée Michaud

Marie-Andrée Michaud

Marie-Andrée Michaud a été assistante de recherche dans les projets de France Martineau portant sur le français classique en 2000. Elle a fait une maîtrise sur la représentation de la langue québécoise sous la supervision de France Martineau (2002. Langue, littérature et société. La quête identitaire des Québécois depuis 1980).

Où sont-ils maintenant?

Marie-Andrée Michaud a complété un DESS en pédagogie de l’enseignement supérieur à l’UQAM et enseigne depuis 2005 la littérature au niveau collégial au Collège Jean-de-Brébeuf à Montréal.

Kimberley Miller

Université d’Ottawa

Kimberley Miller a travaillé à la contextualisation linguistique de lettres de l’exposition virtuelle Les Canadas vus par les Canadiens. Elle poursuit ses études supérieures à l’Université d’Ottawa.

Nathalie Morgan

Nathalie Morgan

Pendant ses études au niveau de la maîtrise en lettres françaises, sous la direction de France Martineau, Nathalie Morgan a travaillé, aux projets Modéliser le changement : les voies du français et Laboratoire du français familier ancien, où elle a fait de la transcription de documents manuscrits. Elle a également effectué un stage dans un centre d’archives pendant l’été 2008. Elle a terminé sa thèse en 2011 (Identité et langue : Usage et représentation en situation minoritaire en Ontario français).  Avec France Martineau, elle a présenté une communication à une conférence internationale et oublié un article (Martineau, France et Nathalie Morgan. (2009). « D’ici et d’ailleurs : discours sur soi et usages en contexte migrant », Actes du Colloque Ci-Dit, Nice, juin 2009.)

Où sont-ils maintenant?

Depuis la dernière année de sa Maîtrise en Français, à l’Université d’Ottawa, Nathalie travaille pour la Fédération de la jeunesse canadienne-française (juin 2010) en tant que coordonnatrice de Traduca. Ce programme canadien de stages en traduction offre aux étudiants en traduction la chance d’approfondir leurs connaissances en traduction et d’acquérir de l’expérience dans leur domaine d’étude. En gros, elle est responsable de la coordination, de la gestion et de l’aspect promotionnel du programme

Françoise Rainville

Françoise Rainville

Après 40 ans de carrière en service de santé, entreprendre des études de baccalauréat en Langue française a été pour Françoise un nouveau défi. C’est dans le cadre du cours  » Histoire de la langue française  » que France Martineau lui a transmis sa passion pour le français historique. Répondant à son invitation, Françoise a accepté de travailler dans son équipe de recherche ce qui lui fournit l’occasion de côtoyer une équipe de chercheurs.

Vicki-Anne Rodrique

Vicki-Anne Rodrique

(2005-2006)

Vicky-Anne Rodrigue a travaillé comme assistante de recherche dans divers projets de France Martineau, dont le projet Modéliser le changement : les voies du français au cours de sa maîtrise en lettres françaises à l’Université d’Ottawa. Elle a participé, entre autres, à un projet sur l’édition  linguistique d’un corpus de textes de scripteurs malhabiles. Elle a soutenu sa thèse en 2006 (Pour une représentation de la figure paternelle dans Le Chien, Eddy et Un vent se lève qui éparpille de Jean Marc Dalpé, dir. Lucie Joubert). Elle poursuit aujourd’hui ses études au doctorat à l’Université Laval.

Lisa Savoie-Ferron

Lisa Savoie-Ferron

Lisa Savoie-Ferron a rejoint l’équipe en mars 2011 en tant qu’assistante de recherche de France Martineau. Elle se concentre principalement sur la transcription de correspondances, en français et en anglais, datant du 17e au 19e siècle. Elle a déjà travaillé pour Mme Beaulieu de l’Université de Moncton sur un projet de recherche en linguistique. La littérature, les langues et le milieu de l’éducation l’intéressent beaucoup. En avril 2012, elle obtiendra son diplôme en Lettres françaises à l’Université d’Ottawa et compte ensuite poursuivre ses études.

Céline St-Martin

Céline St-Martin

(2007-2009)

Céline Saint-Martin a travaillé comme assistante de recherche pour France Martineau lors son baccalauréat en Étude de la langue française avec concentration musique. Elle a participé, entre autres,  à l’annotation morphologique de textes médiévaux et à la transcription de textes manuscrits. Elle a également été responsable de la transcription d’entrevues orales provenant de communautés francophones en situation minoritaire. Elle termine présentement sa maîtrise dans le programme des Sciences de l’information. corpus oraux.

Où sont-ils maintenant?

En plus d’être conseillère à l‘Association des bibliothèques de l’Ontario-Franco et d’être membre d’une chorale, Céline St-Martin travaille depuis octobre 2011 pour la Bibliothèque publique d’Ottawa. Elle travaille sous la Division des services d’accessibilité & diversité, services aux nouveaux arrivants, où elle fait la promotion des services, programmes et ressources pour nouveaux arrivants. Ce poste lui offre beaucoup de variété, d’entregents et de découvertes culturelles. Elle fait des présentations auprès d’apprenants de langue seconde, elle coordonne et donne des visites guidées de la succursale principale, elle travaille avec l’équipe des communications et du Web pour améliorer leur site web et elle aide la planification d’évènements culturels.

Alexandra Simenko

Alexandra Simonenko

(2008-2010)

Alexandra Simonenko a travaillé comme assistante de recherche au projet Modéliser le changement : les voies du français lors de ses études au niveau du doctorat. Elle était responsable de l’annotation morphosyntaxique des textes médiévaux. Elle poursuit ses études doctorales à l’Université McGill. Dans le cadre du projet Modéliser le changement : les voies du français, elle a publié un article avec Paul Hirschbühler (« Placement de clitiques  dans les propositions V1 et évolution de la structure de la proposition en ancien français », dans Monique Dufresne (dir.) Constructions en changement, Québec, Presses de l’Université Laval).

Sandrine Tailleur

Sandrine Tailleur

Sandrine Tailleur a travaillé comme assistante de recherche pour Mme Martineau lors de sa maîtrise à l’Université d’Ottawa (2007. L’alternance d’emploi des auxiliaires avoir et être avec les verbes intransitifs en français du XVIIIe siècle, dir. F  Martineau). Elle a travaillé, entre autres, à la contextualisation linguistique et historique de lettres anciennes, dans le cadre d’éditions critiques d’ouvrages et de l’exposition Les Canadas vus par les Canadiens. Elle a effectué, au cours de ses assistanats, un stage aux Archives Nationales du Québec à Québec.  Elle a présenté plusieurs communications et a publié des articles, dont un certain nombre avec France Martineau (par exemple : Martineau, France et Sandrine Tailleur. (à paraître, 2011). « Written Vernacular: Variation and Change in 19th Century Acadian French », dans Dominique Lagorgette et Tim Pooley (dir.) On linguistic change in French: socio-historical approaches Studies in honour of Professor R. Anthony Lodge, Presses Universitaires de Savoie ; Martineau, France et Sandrine Tailleur. (2010). « Correspondance familiale acadienne au tournant du XXe siècle : fenêtre sur l’évolution d’un dialecte », Actes du Congrès mondial de linguistique française, Nouvelle-Orléans, juillet 2010 ; Martineau, France et Sandrine Tailleur. (2009). « Guerre et paix dans l’Ohio : la parole rapportée en contexte militaire », dans Juan Manuel Lopez Munoz, Sophie Marnette, Laurence Rosier et Diane Vincent (dir.) La circulation des discours, Éditions Nota Bene, p. 187-206).

Jimmy Thibeault

Jimmy Thibeault a travaillé comme assistant de recherche dans divers projets de France Martineau portant sur le français classique et l’élaboration de base de données. Il a écrit un article avec France Martineau (France Martineau et Jimmy Thibeault. 2004. « SATO Internet pour l’analyse de variantes graphiques non standard », Distance, vol. 6, no. 2, p. 239-251.) Après un doctorat à l’Université d’Ottawa, il a obtenu un postdoctorat à Moncton.

Où sont-ils maintenant?

Jimmy Thibeault est professeur adjoint à l’Université Sainte-Anne, en Nouvelle-Écosse. En mai 2010, il a complété, grâce à une bourse du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), un stage postdoctoral à l’Université de Moncton. Ses travaux actuels portent sur la représentation des liens sociaux dans le contexte de la Franco-Amérique. Ces travaux sont faits dans le cadre d’un projet intitulé « Fictions de la Franco-Amérique », pour lequel il a reçu, à titre de cochercheur avec Jean Morency, une subvention du CRSH. Il a récemment codirigé, avec Jean Morency, un dossier de la revue Voix et Images (hivers 2011) sur l’œuvre de Dany Laferrière. Il a également codirigé, avec Emir Delic et Lucie Hotte, un dossier de la revue en ligne @nalyses (hivers 2011) intitulé « Devenir soi avec les autres. Identité et altérité dans les littératures francophones du Canada » (www.revue-analyses.org ).  Il a également publié différents articles dans plusieurs revues et collectifs.

Julie-Anne Turner

Julie-Anne Turner est originaire de Sturgeon Falls, au nord de l’Ontario. Étudiante de troisième année à l’Université d’Ottawa en lettres françaises et en histoire, les enjeux liés à la francophonie canadienne l’ont toujours passionnée. Elle travaille présentement sur la classification de lettres dans la Base LFFA. À la suite de l’obtention de son diplôme, elle compte poursuivre ses études en plus de publier des récits historiques.

Hélène Tourigny

(2006-2007)

Hélène Tourigny a travaillé comme assistante de recherche au cours de son baccalauréat en linguistique dans le projet Modéliser le changement : les voies du français. Elle a participé, entre autres, à la contextualisation linguistique de lettres de l’exposition virtuelle Les Canadas vus par les Canadiens. Elle a terminé ses études supérieures aux Pays-Bas.

Andréanne Vallée

Andréanne Vallée

Andréanne Vallée a travaillé comme assistante de recherche dans divers projets de France Martineau, notamment pour son projet de lettres familiales de la Nouvelle-France. Elle est titulaire d’un baccalauréat en enseignement (Laval, 1996), d’un brevet d’enseignement du ministère de l’Éducation du Québec (1999), d’une maîtrise en lettres françaises de l’Université d’Ottawa (2002 L’inscription des récits de François Gendron dans la littérature de voyage en Nouvelle-France, dir. F. Martineau) et d’un doctorat en lettres françaises de l’Université d’Ottawa (2008 Edition critique des « Avantures du Sieur Claude Le Beau. Voyage curieux et nouveau parmi les Sauvages de l’Amerique septentrionale, dir. P. Berthiaume). Elle partage maintenant sa vie entre ses deux plus grandes passions: sa vie de famille et l’enseignement.

Où sont-ils maintenant?

Après avoir enseigné au Nunavik et en Ontario, Andréanne Vallée a terminé en 2008 des études doctorales en lettres françaises à l’Université d’Ottawa. Elle poursuit aujourd’hui sa carrière d’enseignante au Québec.

Arielle Vary

Arielle Vary

Étudiante de premier cycle en psychologie et criminologie, Arielle fait partie de l’équipe du Laboratoire Polyphonies depuis le mois de janvier 2013. Pour le moment, elle travaille à la transcription d’entrevues patrimoniales provenant des Prairies canadiennes. Cela lui permet d’explorer deux sujets qui la passionnent depuis des années, la francophonie et l’histoire.